Article

Un peu de lecture ? Retrouve ici tous nos articles en détail, et ne manque aucune info !

secheresse

Alerte sécheresse en Touraine : Comment agir ?

Depuis plusieurs semaines, on parle de sécheresse en Touraine. Fritz a voulu tout comprendre sur les causes de la sécheresse, et savoir comment participer pour prendre soin de l’eau.

La sécheresse, c’est quoi exactement ?

 

On a posé la question à Pascal Niquel, climatologue qui travaille pour Météo France à Bourges, et connaît bien la situation de notre région.

« En réalité il y a trois types de sécheresses. La plus connue, c’est la sécheresse météorologique : quand il ne pleut pas assez pendant trois mois d’affilée, on considère qu’il y a sécheresse. Il y a aussi la sécheresse agricole, qui concerne l’état du sol. On vérifie l’humidité du sol, l’eau qui est contenue dans la terre, et qui doit servir à nourrir la végétation. Et la dernière, c’est la sécheresse hydrologique, qui se mesure avec l’état des nappes phréatiques et des cours d’eau ».

Il y a donc une sécheresse en Touraine ?

« On mesure le niveau des pluies par rapport à ce qu’on a observé durant trente ans (de 1981 à 2010). On fait des moyennes avec ces informations sur trente ans, et on compare avec aujourd’hui. En faisant cela, on voit que depuis août 2021, tous les mois ont été déficitaires en pluie, autrement dit, il n’a pas assez plu depuis le mois d’août dernier (sauf en décembre). Cela fait presque dix mois d’affilée où la terre n’a pas reçu assez d’eau ! »

Et pour la sécheresse agricole ?

« Nous avons aussi des records de l’indice d’humidité des sols, qui est très bas. C’est vraiment une année exceptionnelle, et nous ne sommes qu’au mois de mai. Mais on ne peut pas prédire ce qui va se passer cet été, peut-être qu’il va pleuvoir tout le temps ! ».

Est-ce que tout cela est lié au réchauffement climatique ?

« Pour les pluies, si on regarde sur plusieurs dizaines d’années, il n’y a pas eu de grosses variations, même si nous sommes dans une année exceptionnelle pour l’instant. Mais pour les températures, c’est différent. On a eu au mois de mai des températures d’été, au-dessus de 30º, alors qu’on devrait être autour de 22º… Et les moyennes de températures ont augmenté durant les dernières décennies ». 

 

Le cycle de l’eau

Pourquoi s’inquiéter quand il ne pleut plus ? Eh bien parce que la pluie n’est qu’un élément parmi d’autres dans le cycle de l’eau, qui te permet d’avoir de quoi boire au robinet toute l’année ! 

1 ÉVAPORATION

Sous l’effet du soleil, l’eau des mers, et l’eau qui est contenue dans le sol ou dans les plantes, s’évapore sans qu’on le voit à l’œil nu. Cette vapeur d’eau grimpe vers le ciel et se transforme alors en nuages par le phénomène de condensation.

2 PLUIE

Le vent fait voyager les nuages sur toute la planète, y compris au-dessus de chez nous. Lorsque les gouttes d’eau qui forment les nuages grossissent et deviennent trop lourdes pour rester en suspension dans l’air… Plouf ! Il pleut ! Et selon la température, cela peut même devenir de la neige ou de la grêle.

3 RETOUR

L’eau des pluies, des neiges et grêles arrive au sol. Elle va alors faire son petit chemin : soit elle s’infiltre directement dans la terre, soit elle ruisselle si le sol ne la laisse pas pénétrer directement (c’est le cas des sols imperméables, l’argile par exemple, ou de nos villes bétonnées). Elle glisse dessus comme sur un toboggan, jusqu’à trouver un coin de terre où s’infiltrer, pour nourrir les végétaux, et aller remplir les nappes phréatiques. Ce sont des réserves d’eau naturelles, situées à plusieurs mètres de profondeur. C’est dans ces nappes, par exemple, qu’on va puiser l’eau que tu retrouves à ton robinet. Et certaines nappes alimentent aussi des cours d’eau.

Et ensuite le ruisseau se jette dans la rivière, qui se jette dans un fleuve, qui se jette dans… … la mer ! Retour à la case départ, le cycle de l’eau redémarre ! 

 

On n’en perd pas une goutte ! 

À nous aussi d’économiser l’eau !

Voici nos astuces et conseils pour ne pas faire couler une goutte de trop :

 Stop robinet : Dès que je n’utilise plus l’eau, je ferme le robinet. Quand je me brosse les dents, je n’ouvre l’eau qu’au moment de me rincer la bouche. Pareil quand je me lave les mains : un peu d’eau et de savon au début, je coupe, et je rouvre juste pour me rincer. 

Douche vs. bain  : Un bain, c’est entre 150 et 200 litres d’eau (200 grandes bouteilles, wow !). Une douche, c’est 60 à 80 litres… mais à condition qu’elle dure 5 minutes ! Donc pour économiser de l’eau, on prend une douche, mais sans y rester des heures.

Arrosage naturel : Si tu aimes jardiner, pense à récupérer l’eau de pluie ! En mettant un seau ou un réservoir à l’extérieur, sur le balcon ou dans le jardin, tu auras de quoi arroser tes plantes préférées. Le meilleur moment pour l’arrosage c’est tôt le matin ou avant de te coucher, pour que l’eau ait le temps de s’infiltrer dans la terre, sans s’évaporer sous le gros soleil de la journée. Si tu as un jardin, renseigne-toi sur les « ollas », ces récipients en terre cuite qu’on met dans le sol, on les remplit d’eau et l’eau se diffuse autour d’elles. Pratique pour donner à boire à nos plantes de manière économe et efficace. 

Pour les grands aussi : Les adultes aussi peuvent appliquer tous ces conseils, et plus encore : lavage de voiture, de murs ou de toitures, on dit stop ! Ça utilise beaucoup d’eau, et franchement, ce n’est pas urgent. 

Émilie Mendonça

 

1976

« Ohlala ! Ça va être comme 1976 ! ». Tes grands-parents te rabâchent-ils les oreilles avec la sécheresse de 1976 ? C’était une année trèèès difficile, avec des fortes chaleurs et beaucoup de difficultés pour les agriculteurs. Mais si tu veux changer de sujet, tu pourras leur dire que coté pluies, pour l’instant c’est l’année 2011 qui était la pire ! Hop, allez, on arrête de parler sécheresse et on prépare le programme des vacances d’été !

 

120 mm

Si on avait placé dans notre jardin un petit tube gradué au début du mois de janvier, on aurait récolté 120 millimètres de pluie en quatre mois (de janvier à avril). C’est la moitié de ce qui devrait tomber normalement !

 

L’État fait la loi

Quand la situation devient inquiétante, la Préfecture d’Indre-et-Loire (qui représente l’État) décide de mesures pour limiter les dégâts. Depuis le 21 mai par exemple, il est interdit de prélever de l’eau dans 4 ruisseaux de Touraine. Et dans 11 autres, il y a de fortes limitations. 

Mais qui prélève de l’eau dans les cours d’eau ? Souvent les agriculteurs, pour arroser leurs champs, ou des mairies, pour entretenir les terrains de sport, les espaces verts, et des entreprises qui ont besoin d’eau pour refroidir leurs grosses machines ou nettoyer leurs entrepôts… Fini tout ça avec les limitations ! Économisons l’eau !

 

Dans nos assiettes

Si les céréales, les légumes, les fruits manquent d’eau et ont trop chaud, les agriculteurs vont avoir du mal à les faire pousser ! Le risque c’est donc que la production agricole soit plus faible que d’habitude… et donc ça pourrait nous coûter un peu plus cher de manger nos cinq fruits et légumes frais.

Tu as aimé cet article ?

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
Partager sur Pinterest